Le paradoxe de la reproduction humaine

Petite réflexion personnelle et subjective, sur l’envie d’avoir un enfant, à travers les âges mais aussi les expériences…

Avant de penser à avoir un enfant (en mode pré-ado) :

C’est trop cool d’avoir plein d’enfants. Perso, ma mère a fait la relou car j’aurais bien aimé avoir une soeur, ca changerait de mon naze de frère (grand raccourci un peu rien à voir, spécialité des ados). Dès que j’ai trouvé l’homme de ma vie, le prince charmant quoi, je me marie et je fais plein d’enfants (oui parce qu’à cet âge, on croit encore qu’il existe une femme pour un homme sur terre, foutaise !)

Jeune couple :

Oh chéri je te love, kiss, kiffe, trop cool la life avec toi. On va se marier, avoir plein d’enfants ensemble, trop cool, top, chouette.
=> Tu parles, aussitôt dit, aussitôt larguée…

Couple installé « métro boulot dodo » :

L’homme « hey chéri, il est peut-être temps de fonder une famille ? ». La femme (bouche ouverte) « Euh… Ben non attends c’est pas encore le moment en fait, j’ai trop de boulot, une promotion qui devrait arriver dans 3 mois, le boss qui compte sur moi, la soirée fille du jeudi… ». Bref, la femme, au pied du mur, a peur. Peur de perdre son indépendance, peur de la responsabilité, peur de ne pas être à la hauteur, d’entraver sa carrière. Panique complète quoi.

Couple installé « métro boulot dodo » + routine :

L’homme « hey chéri, t’as repensé à ce dont je t’ai parlé , à avoir un enfant ensemble ? Tu pourrais arrêter la contraception et laisser faire la nature ? » Ah la fameuse « nature », l’argument de choc qui a convaicu la femme. Elle aime bien se dire que si ça arrive c’était le destin, blablabla (trucs de filles quoi). La femme croit à la bienveillance de la nature, elle pense qu’elle lui laissera un peu de répit avant de mettre la machine en route (elle n’a pas tort).

En mode Grossesse – 1er trimeste :

L’homme, heureux comme un poisson dans l’eau. La femme, affalée sur le canapé, hésitant entre s’empiffrer d’un burger et d’un paquet de petits écoliers en 5 minutes chrono, ou aller rendre le repas précédent. On va opter pour la première « plus sexy ». La femme passe deux bons mois (il y en a qui osent dire qu’elle s’en sort bien) au fond du seau, devant braver les journées comme si de rien n’était. Attention, le jeu est de garder le secret jusqu’au fameux « 3 mois » de grossesse, surement pour tester les capacités théâtrales de la femme, à faire « l’air de rien » et continuer une vie normal malgré son état de loque humaine.

En mode Grossesse – 2ème trimestre :

La femme est super épanouie. L’homme aussi du coup (est-ce qu’il a était mal à un moment lui ? Non suis-je bête, la nature l’a laissé tranquille, libres de flux hormonaux instables). PPfff en fait c’est plus ma copine Dame Nature !

La femme montre son ventre, assume sa grossesse, se sent bien, épanouie, l’accouchement est encore loin. Elle a plein d’énergie, gère son boulot comme une pro. Bref l’extase.

En mode Grossesse – 3ème trismestre :

On commence les choses sérieuses. Fini les voyages. Maintenant, on parle accouchement, préparation à la naissance, allaitement… La femme commence à se prendre la tête sévère. J’allaite ? J’allaite pas ? Je mets quoi comme musique dans mon iphone pour la maternité ? Quoi, il faut acheter des culottes en papier ? C’est quoi cette blague ?

Et puis il y a l’énorme bide, un espèce de poids qui fatigue la femme dès qu’elle fait un effort, ce bébé qui bouge et donne des coup de pieds la nuit. La femme a envie d’en finir. Elle teste toutes les techniques de Doctissimo :  l’amour, la tisane de fleurs de framboisier, la marche, se bourrer de chocolat (le pic glycémique)… Rien n’y fait mis à part… la menace de césarienne par son gynéco. Rien de plus efficace pour déclencher un accouchement.

Nouveaux parents – semaine 1

La femme et l’homme sont aux anges. Ils ne dorment pas pour regarder leur bébé, se sentent invincibles, portés par une énergie profonde, l’envie de faire au mieux, de montrer son oeuvre à tout le monde. L’osmose. Le paradis.

Nouveau parents – semaine 2 :

L’homme dort. La femme ne dort pas et pleurt. Elle repense aux moments où elle faisait tout pour accoucher et se dit qu’elle aurait mieux fait de profiter de quelques jours de plus à se reposer. Elle veut revenir en arrière…. et culpabilise.

Ellipse

Jeune couple avec enfant :

L’homme « dis chéri, on pourrait tenter un deuxième enfant, afin qu’ils soient rapprochés en âge blablabla… ». La femme « Ok mais pas maintenant, plus tard peut-être » (le truc qui veut rien dire mais qui fait taire l’homme). Puis elle repense à l’épanouissement de sa 1ère grossesse (2ème trimestre exclusivement), à sa princesse (après 4 mois et faisant ses nuits), elle rêve d’une petite famille avec plusieurs enfants qui courent partout (genre la famille de blonds dans la Mélodie du bonheur). Bref, la femme se retrouve enceinte un mois après.

Deuxième grossesse 1er trimestre :

La femme a l’impression de vivre un bon en arrière d’un an et demi. Elle est affalée sur le canapé, avec exactement le même dilemne. Elle se nourrit de pain, fromage, jambon et cacahuètes exclusivement (éventuellement pain au chocolat). Elle est complètement inutile, ne sert à rien, espère que le temps passe plus vite pour être au second trimestre.

Et là, la Femme réfléchit (oui elle réfléchit parfois, même blonde). Elle pense au paradoxe féminin, au paradoxe de la grossesse, la naissance… Pourquoi n’a-t-elle pas pensé à cet horrible premier trimestre, à ces interminables semaines de bibendum, à ses nuits sans sommeil, à ses pleurs et son désespoir de nouvelle mère, à ses douleurs d’accouchement (celles où elle a dit « je n’aurais jamais plus d’enfant tellement j’ai mal »). Pourquoi est-ce que son corps lui a fait oublier toutes ces choses, pour ne garder que le positif ?

La femme comprend que la Nature est quand même bien faite.

photo (19)

4 commentaires

  1. Bonsoir ,
    Ça fait ca aussi le 1er trimestre de la 2ème grossesse ??!! Tous ce qui est écrit avant est tellement vrai que je te crois sur parole ! Moi qui commençais à avoir envie d un petit deuxième … 😉 J en est encore envie ! La nature est bien faite … 😉

    1. Dans mon cas oui, j’ai voulu ce deuxième enfant de tout coeur et je le veux toujours. Sauf qu’avec les nausées j’ai tendance à broyer du noir et à penser à toutes ces choses qui m’étaient sorties de la tête à l’époque où l’homme m’a convaincu. Les hormones sont mes amies 😉
      Pour ton deuxième boutchou je valide et je croise les doigts ! C’est quand même trop bien d’être maman !

  2. Alors c’est bon ce bébé est bel et bien en route !!! (Allez hop je conjure le sort de ces f*cking hormones en t’adressant toutes mes félicitations :))…. J’ai adoré ce petit essai si réaliste 🙂 « la femme ne dort pas et pleure », « le truc qui ne veut rien dire mais qui fait taire l’homme » 🙂 excellent !!!!!

    1. Merci merci 🙂 ! Et dire qu’à la base j’étais partie pour écrire un billet #fondduseau, j’en ai fini par rigoler moi-même en faisant un billet second degrès, merci le blog !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :